dimanche 7 décembre 2014

Quête 2014 pour la Saint-Vincent de Paul


Chaque année quand je m'adresse à vous c'est un grand stress pour moi, de préparer le texte, réfléchir à ce que je vais vous dire et surtout de parler devant un grand nombre de personnes. Mais en même temps je suis très motivée à le faire, car je me dis que, une fois par année, j'ai la chance de pouvoir m'exprimer sur un sujet qui me tient particulièrement à coeur. Mon but, quand je fais cette quête une fois par année, ce n'est pas seulement de récolter de l'argent pour les pauvres du quartier, mais j'aimerais aussi vous faire réfléchir et vous sensibiliser au problème de la pauvreté.

Mais avant tout j'aimerais remercier ceux d'entre vous qui nous soutiennent tout au long de l'année, que ce soit en faisant des dons de vêtements, de nourriture ou d'argent. Les vêtements et la nourriture sont directement distribués les jeudi matin lors des dépannages alimentaires, l'argent est entièrement utilisé pour payer les bons alimentaires. Votre aide durant l'année est très appréciée, car les pauvres n'ont pas besoin de vous juste une fois par année. Je vous encourage vivement de continuer à amener vos vieux vêtements ou de temps en temps à mettre de la nourriture non périssable dans notre boîte qui est située à l'entrée de l'église, car votre aide fait vraiment la différence dans la vie de certaines personnes.

Cette année nous avons aidé 111 personnes ou familles en moyenne par mois, ce qui est comparable à l'année passée, mais c'est beaucoup et nous avons pas mal atteint le maximum que nous pouvons faire avec les moyens que nous avons. La majorité des personnes que nous aidons sont des personnes seules, suivies par les familles, puis par les familles monoparentales. Par ailleurs, cet été, nous avons aidé 49 enfants avec de l'aide pour la rentrée scolaire et cet automne x personnes se sont inscrites chez nous pour les paniers de Noël. Cette année les pompiers donnent moins de paniers de Noël, nous devons donc en faire plus nous-mêmes: nous donnerons 88 paniers ici le 20 décembre.


Étant donné que je fais le dépannage alimentaire les jeudi matin, j'ai le privilège de côtoyer directement les personnes vivant dans une situation précaire. Ce n'est pas toujours facile, mais c'est très enrichissant, cela me permet de rencontrer des personnes de cultures et d'horizons différents, des personnes qui ont des destinées très variées. Chacun d'entre nous, chaque être humain a une histoire, chacun peut raconter l'histoire de sa vie, en partant de l'endroit où il est né, à quel moment, dans quelles conditions, en passant par son enfance, sa formation professionnelle, etc., pour en arriver à la personne qu'il est ici et maintenant. Il y a des histoires heureuses, des histoires simples et sans embûches et il y a des histoires plus compliquées. Chacun a une histoire différente, celle des personnes se retrouvant dans une situation de pauvreté est souvent une histoire triste, des destinées difficiles, des vies non-linéaires parsemées de ruptures et d'entraves.

Les causes conduisant à la pauvreté sont multiples, parfois différents facteurs se combinent, se mêlent entre-eux. Parfois, les conditions de base sont déjà mauvaises, comme les personnes nées dans un milieu familial défavorisé, dysfonctionnel ou qui ont un manque d'éducation. Souvent les causes viennent d'entraves à une vie normale comme une maladie physique ou mentale, des douleurs chroniques, un accident, un stress post-traumatique, etc. Très souvent, la maladie mentale ou une fragilité psychique sont en cause, fragilité trouvant elle-même son origine dans diverses causes, fragilité entraînant, des troubles anxieux ou dépressifs ou la fuite de la réalité dans les drogues et l'alcool, fuite qui donne le sentiment d'oublier les soucis et la souffrance, mais qui en réalité mène à la destruction de soi, à l'éloignement de la famille et parfois à la déchéance physique .... La vie n'est pas facile et ce n'est pas donné à tout le monde de s'adapter à la société, à ses contraintes, aux soucis de la vie, à la concurrence, à la loi du plus fort, du plus beau et du plus doué...
Comme je le disais, les facteurs sont souvent reliés entre-eux et forment un engrenage, une spirale descendante, une chose en entraînant une autre. Il y a les causes et les conséquences de la pauvreté, les conséquences de quelque chose devenant la cause d'un nouveau problème. Par exemple, la pauvreté entraîne la nécessité de se loger à bas prix, mais ces logements sont souvent insalubres. Beaucoup des personnes que j'aide rencontrent des problèmes d'infestation parasitaire dans leur logement ou pire de moisissures qui ont de graves conséquences sur la santé des personnes: asthme, bronchite, problèmes respiratoires chroniques.

Ce que j'aimerais vous faire comprendre au travers de tout cela c'est que la pauvreté ce n'est pas seulement un problème de manque de ressource financières, mais c'est aussi un empêchement, pour une raison ou une autre, de pouvoir construire ses propres opportunités dans la vie pour pouvoir prendre en main son destin. C'est ce qu'on appelle la pauvreté́ de potentialités ou de « capacités » et cela traduit le fait qu'une personne n’ait pas pu disposer des moyens qui auraient permis de se soustraire à la pauvreté, de vivre correctement et de mettre en valeur ses capacités individuelles.

Il faut préciser que ceci ne concerne pas toutes les personnes en situation de pauvreté. Il y a des personnes qui sont tout a fait à leur affaire, adaptées aux contraintes de la vie, mais qui rencontrent des difficultés temporaires. Par exemple, les immigrants fraîchement arrivés ou quelqu'un qui a perdu un emploi et qui ne reçoit pas ou plus d'allocations chômage, mais qui retrouve un emploi par la suite.

En revanche, lorsque la pauvreté dure sur le long terme, il y a toujours une ou plusieurs raisons derrière qui expliquent pourquoi la personne ne parvient pas à prendre sa vie en main,  comme les causes que nous avons vues: une santé physique ou mentale déficiente, une éducation insuffisante, etc.

Je vous parle de tout cela, car j'aimerais que vous compreniez un peu mieux quelles sont les raisons qui peuvent conduire à la pauvreté. Si on comprend les raisons, on accepte mieux les personnes qui ont des trajectoires de vie différentes de la norme. J'aimerais aussi que vous compreniez que ces personnes ont besoin de notre soutien et non de nos jugements, de notre empathie et non de nos condamnations, de notre accueil et non de notre indifférence...


Au nom de toutes les personnes que j'aide grâce à votre soutien, je vous remercie du fond du coeur !

Susanne Emery

mercredi 29 octobre 2014

Quête annuelle pour la SSVP 2013

Bonjour,

Pour ceux qui ne me connaissent pas je m'appelle Susanne et je suis responsable de l'aide aux démunis dans cette paroisse par l'intermédiaire de la SSVP.

Je m'adresse à vous comme chaque année pour vous tenir au courant de nos activités et pour solliciter votre aide, car nous avons besoin de votre soutien pour notre bon fonctionnement. Mais avant tout j'aimerais vous remercier pour votre aide tout au long de l'année, que ce soit vos dons en argent, en nourriture ou en vêtements. Tout ce que nous recevons est directement retransmis aux personnes de notre quartier qui sont dans le besoin. Le don de vêtements marche très bien, nous en recevons continuellement et cela fait de nombreux heureux. Concernant l'aide alimentaire (nous donnons des bons pour acheter de la nourriture), de novembre 2012 à octobre 2013 nous avons aidé en moyenne 121 personnes ou familles par mois, ce qui est plus jamais. Actuellement, il y a beaucoup de nouveaux immigrants qui viennent d'arriver dans notre quartier. La plupart des personnes qui viennent nous voir sont sur l'aide sociale et la majorité sont des personnes seules.
Par ailleurs, en juin nous avons aidé 93 familles avec des coupons pour les aider à acheter les fournitures scolaires pour la rentrée.
En octobre et novembre, 120 personnes ou familles se sont inscrites pour les paniers de Noël, dont 66 recevrons leur panier ici la semaine prochaine et les autres par des donateurs.

Cette année la SSVP fête le bicentenaire de la naissance de son fondateur Frédéric Ozanam, alors je me suis dit que j'allais vous parler un peu de lui, ainsi que de notre saint patron St Vincent de Paul, car les deux sont des personnes inspirantes et cela vous permettra de comprendre un peu l'origine de la Société.

Donc, comme je viens de vous le dire, Vincent de Paul n'est pas le fondateur de la SSVP, mais c'est la personne qui a inspiré son fondateur. Qui est ce Vincent de Paul ?

C'est un prêtre catholique né en France en 1581 dans une famille de paysans modestes. Jeune prêtre, grâce à ses relations, il a été aumônier à la cour de Henri IV, puis précepteur dans une famille très fortunée de l'époque, mais il trouve sa vraie vocation lorsqu'il découvre la misère à la fois matérielle et spirituelle dans laquelle vit une grande majorité de la population à cette époque.
En 1617 il fonde, avec l'aide de dames riches de la ville, la première ''confrérie de la charité'', composée de dames travaillant pour les pauvres et les malades. C'est là une particularité de St-Vincent: tout au long de sa vie, il va œuvrer pour les pauvres, tout en gardant un contact avec des personnes hautes placées et riches, ce qui va l'aider à financer ses actions.
Il travaille aussi activement à l'évangélisation des campagnes en fondant une congrégation de missionnaires, les lazaristes.
Puis en 1633, il fonde la Compagnie des Filles de la Charité, appelées aussi soeurs de Saint-Vincent de Paul (qui existe toujours). Avec l'aide des filles de la charité, entièrement dévouées aux service des pauvres  (encore plus que les dames riches qui avaient aussi d'autres obligations). , St-Vincent pourra combattre de manière encore plus efficace les misères de toute sorte. Ainsi, il va créer l'œuvre des enfants trouvés pour recueillir les enfants abandonnés, et il fonde divers foyers et hôpitaux. St-Vincent travaille inlassablement, il organise, dirige, coordonne, cherche des fonds. En plus, il donne de sa personne, il est souvent aux premiers postes pour distribuer la nourriture, écouter et réconforter....
Il travaille assidûment jusqu'à sa mort à l'âge de 79. Sa mort est ressentie par tous comme celle d’un saint et il sera canonisé 77 ans plus tard, en 1737.
Durant toute sa vie, il a servi les pauvres en s'appuyant sur Dieu et il dénonce sans ménagement les grands sentiments et les bonnes intentions sans engagement tangible, convaincu que "les vertus méditées et non pratiquées sont plus nuisibles qu’utiles".

Frédéric Ozanam, le fondateur de la SSVP,  est quant à lui né à Milan en 1813. Docteur en droit et en littérature, il devient professeur à la Sorbonne à Paris à l'âge de 27 ans, c'est un grand érudit, polyglotte, mais il a aussi manifesté, sa vie durant, une grande foi. Il a toujours eu un grand souci apostolique en essayant de démontrer les bienfaits du christianisme et de réconcilier l'Église avec les idées modernes.

Durant ses études universitaires, lors d'un débat entre des étudiants catholiques et  des athées, alors nombreux dans ce milieu, il entend cette critique : "Le christianisme a fait autrefois des prodiges, mais aujourd'hui, il est mort. Vous vous vantez d'être catholiques, mais que faites-vous? Où sont les œuvres qui démontrent votre foi et qui peuvent nous la faire respecter ?"
C'est cela qui va le déterminer à passer à l'action: le 23 avril 1833, à 20 ans, il fonde avec d'autres étudiants une petite société vouée au soulagement des pauvres, qui prend le nom de Conférence de la charité. La conférence va se développer avec l'aide de certaines filles de la charité pour devenir la Société de Saint-Vincent de Paul. Très vite, le groupe prend son essor avec une double priorité : la visite des personnes et familles pauvres et la vie spirituelle des membres. Pour Ozanam le contact direct avec les pauvres est très important, il pense que ''l’aumône n’est pas seulement une nécessité économique pour celui qui la reçoit, mais aussi une nécessité spirituelle pour celui qui la donne'' et il rêvait «d'enserrer le monde dans un réseau de charité ». 

De santé fragile Ozanam meurt è l'âge de 40 ans. (Il a plus tard été béatifié par Jean-Paul II.) Quand il meurt, en 1853, la SSVP est déjà présente dans 29 pays. Aujourd'hui, on compte près de 50 000 conférences dans 148 pays (les conférences sont les point de service pour aider les pauvres, comme nous, la conf. Ste-Catherine-de-Sienne).
Nous faisons donc partie de ces nombreuses personnes (en tout il y aurait 800 000 bénévoles) du monde entier qui essayent de poursuivre activement la mission et le rêve de Frédéric Ozanam avec Saint Vincent de Paul pour nous inspirer et nous guider.



N'oubliez pas que vous aussi par vos dons vous participez à ce rêve d'un réseau de charité qui se répand dans le monde. Je vous remercie du fond du cœur pour la confiance que vous nous témoignez et pour vos dons que nous récolterons lors de la deuxième quête.


Susanne Emery